Du samedi 02 décembre
au dimanche 3 décembre 2023

Rappel historique

La Nièvre a fait partie des 27 départements ruraux qui se sont soulevés en décembre 1851 pour le maintien du régime républicain contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III. 

Le peuple des campagnes montre son attachement à la Constitution, au suffrage universel masculin et à la démocratie naissante. Il défend une dignité que sa condition sociale ne lui accorde pas toujours. Épisode mémorable de l’Histoire de France, peu connu du grand public.

L’histoire de la résistance républicaine en Province au coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte n’occupe que quelques lignes dans les manuels de l’histoire de la République française. La nature insurrectionnelle et provinciale de ce mouvement explique en partie ce quasi oubli. 

La résistance rurale de décembre 1851 a surpris Louis-Napoléon Bonaparte. Le coup d’État avait été parfaitement préparé, rien ne devait s’y opposer. Dans un premier temps, ces mouvements insurrectionnels déstabilisent le pouvoir, mais très vite il en tire partie en  présentant les soulèvements comme des révoltes violentes et spontanées sans fondement. 

Il ne s’agissait pourtant aucunement de « jacquerie » sans horizon politique. Ces hommes et ces femmes de 1851 étaient attachés à la démocratie communale, voulaient plus d’éducation, l’accès au crédit, la possibilité de s’associer, de se réunir… Les sources aux Archives départementales et nationales le confirment. Ils savaient ce qu’ils risquaient quand ils se sont soulevés. La répression ne s’est pas fait attendre. À Clamecy et dans ses environs, 1042 arrestations, 150 communes concernées. Des procès hâtifs ont envoyé 500 républicains au bagne. Deux hommes ont été guillotinés sur place.

La Société Scientifique et Artistique de Clamecy conserve un fonds important lié à l’insurrection de Clamecy.